× Image affichée en plein écran
Menu Home
Top

MEUBLES ET ECOLOGIE

Forêt dans les Cévennes

Au départ la méthode du «Bois Facile» consistait simplement en un moyen efficace et économique d'auto-construire des meubles.

Il m'a fallu plusieurs années avant de comprendre que cette démarche faisait sens dans le domaine de l'écologie, du respect des ressources de la planète, de la transition énergétique et d'un mouvement de sobriété et de décroissance... tout en procurant une plus grande liberté.

Déforestation

Planches au rebut dans une ancienne scierie artisanale de l'Aveyron

Les termes «bois précieux», «essences nobles», «bois exotique» sont souvent associés à la fabrication de meubles d'ébénisterie. Dans cette démarche il s'agit d'utiliser le meilleur de son talent, les meilleurs bois, pour produire une œuvre admirable.

Il n'en reste pas moins qu'une telle approche participe à la déforestation (en France c'est déjà fait) des forêts d'Afrique, d'Amérique du sud, d'Europe Centrale...).

Par exemple un plateau de chêne monoxyle (d'une seule pièce de bois) de 50 cm de large proviendrait d'un arbre plus que centenaire. C'est pourquoi les plateaux en chêne massif sont aujourd'hui formés de nombreuse lames collées entre elles.

Bref, le bois précieux est une ressource qui met plus longtemps à se renouveler que l'utilisation qui en est faite.

Quand aux bois cultivés en Amérique latine, ils sont à proscrire même quand ils sont labellisé «FSC». Pour l'eucalyptus (utilisé pour obtenir des feuilles de contreplaqué) par exemple, le principe est de faire pousser de façon intensive des plantes génétiquement modifiées sur un défrichement de la forêt primaire. Quelques années après, La récolte faite il ne restera plus qu'un désert stérile.

Bois local

Étiquette apposée sur le bois brut non traité utilisé à l'«Atelier du Bois Facile»

La technique du «Bois Facile» utilise du bois de construction (on parle parfois de planches de coffrage), des voliges en l'occurrence. L'épaisseur de ces planches est de 15 à 18mm d'épaisseur, comme planches de palettes.

Ce bois, qui a aussi l'avantage d'être particulièrement économique et facile à se procurer, est issu de forêts proches (reboisement du massif central par exemple). L'essence (un résineux comme de l'épicéa, du pin douglas...) est choisie pour pousser rapidement. C'est une ressource locale et renouvelable. Il est peu transformé, il suffit juste de le scier.

Ces planches sont disponibles auprès des marchands de matériaux de construction. En standard ce bois est traité (et teinté en jaune). Pour l'obtenir vierge de chimie il faut en faire la demande ou s'adresser à une scierie ou bien à un négociant en bois (comme le Comptoir Vauclusien du Bois).

En savoir plus :

Bois de palettes

Palox utilisées en agriculture
Meuble en bois de palette auto-construit avec la méthode du bois facile

Récupérer du bois destiné à être jeté (c'est le cas des palettes perdues) pour en faire de beaux meubles est évidemment une des meilleures façons qui soit de valoriser ces déchets.

Les astuces de la méthode du «Bois Facile» sont parfaitement adaptées pour construire des meubles à partir de planches de 15 à 20 mm d'épaisseur.

Ces planches peuvent provenir de palettes (les palettes «perdues» conviennent bien) ou bien directement de la scierie, le principe est le même.

En plus, construire un meuble avec un look «récup'» comme ce buffet aux pieds compacts est encore plus facile. Il y a moins à poncer (pour garder les traces de scie sur les planches) et on ne cherche pas à reboucher les trous des vis (de toute façon on a les trous des clous sans parler des nœuds du bois), ce qui supprime la phase mastic et finition.

La construction d'un tel meuble est envisageable en appartement.

Attention cependant, casser une palette réutilisable, qui a de la valeur, qui peut être réparée, qui appartient à quelqu'un... n'est pas forcément cohérent avec le désir d'économiser les ressources.

En savoir plus :

Transition énergétique

Couverture du livre de Rob Hopkins : «Manuel de Transition»

Le mouvement de la «Transition» a été initié par Rob HOPKINS en Angleterre dans la petite ville de Totnes en 2006. Aujourd'hui on parle plutôt de «Permaculture»

Le titre de son livre : «Manuel de Transition : de la dépendance au pétrole à la résilience locale» résume bien la démarche. Il s'agit autant que possible de répondre a ses besoin de façon locale en limitant l'utilisation d'énergie fossiles.

À propos de la nourriture, il propose de revenir à des potagers, de poulaillers locaux à l'échelle d'une ou quelques familles et d'abandonner le système des élevages intensifs.

Pour favoriser ce mouvement la librairie du «Bois Facile» a édité des ouvrages sur les abris de jardin, les poulaillers, les cabanes à outils....

En ce qui concerne les meubles, la méthode du «Bois Facile» prend tout son sens pour fabriquer ses propres meubles à partir de ressources locales au lieu d'importer des meubles industrialisés.

Elle est aussi appliquée par des animateurs de ressourcerie qui ont souhaiter montrer comment construire de beaux meubles à partir de bois de récupération, de bois de palettes...

En savoir plus :

Sobriété

Chantier de construction d'une tiny house au cours en stage.
Présentation de Tiny House à la Fête de la Transition de Pernes les Fontaines.

Des voitures de plus en plus puissantes (pour perdre des points de permis ?), des logements de plus en plus spacieux, des aliments toujours plus délicieux, etc... un monde de plus en plus sophistiqué dans lequel l'individu se trouve pris «le nez dans le guidon» dans une course aliénante, une course vers du vide disent certains.

Quand il m'arrive de présenter ma «Tiny House» à construire soi-même, je suis toujours surpris de voir comment de jeunes adultes pourtant confortablement insérés dans la société sont prêts à saisir la première occasion pour sortir de cette course, ou combien ils sont émerveillés de découvrir l'existence de telles alternatives concrètes.

La sobriété diminue les besoins. Elle diminue l'empreinte écologique et l'effort économique à consentir pour les satisfaire... augmentant ainsi le temps libre, une des plus grandes richesses de l'être humain.

La Roulotte (cf. le site internet sur l'auto-construction de roulotte) comme la Toute Petite Maison, sont des exemples de construction écologiques (les matériaux respectent la planète) et naturellement sobres en énergie (de par la qualité de l'isolation elles restent fraîches sans climatisation l'été et de par le faible volume se chauffent vite l'hiver).

En savoir plus :

Toilettes sèches

Un système de toilettes sèches simple à installer

Les toilettes sèches permettent de produire un bon compost à partir des excréments qui sont normalement détruits dans la station d'épuration ou dans la fausse septique.

Quand on a compris ce principe il devient difficile de continuer avec les toilettes à eau.

Le «Bois Facile» a un site internet et un livre consacrés aux toilettes sèches. Ils montrent comment installer simplement les toilettes chez soi (dans les WC), dans le jardin, le composteur partie intégrante du système et au besoin la cabane.

En savoir plus :

Mobilier d'extérieur

Une banquette de jardin à faire dans la journée à partir de planches de bois brut.
Un fauteuil de jardin réussi avec le «Bois Facile».

À moins d'en prendre grand soin, c'est à dire de les garder à l'intérieur de la maison, je suis toujours étonné de la vitesse à laquelle se dégradent le mobilier d'extérieur acheté par les personnes que j'ai l'occasion de visiter : les tissus et les plastiques grillent au soleil, les meubles métalliques ont un défaut de peinture qui les fait rouiller prématurément, les meubles en bois commencent s'écaillent, présentent des échardes, se décollent... finalement tout cela est à remplacer tous les deux ou trois ans. Tant mieux, du coup on a toujours des meubles à la mode et c'est l'occasion de faire du shopping, par contre on s'éloigne du «durable» .

En comparaison les meubles réalisés avec selon la méthode du «Bois Facile» résistent particulièrement bien en extérieur même quand ils sont construits à partir de bois de construction.

La pression sur les ressources de la planète exercée par leur construction est faible : du bois brut et local.

Les planches de coffrage sont à proscrire, car ce bois est destiné a être jeté en fin de chantier. C'est pourquoi il est souvent «bleu», c'est à dire déjà attaqué par des champignon qui se vont se réactiver à l'humidité et ruiner certaines parties du meuble en quelques années.

En savoir plus :

Autoconstruction et liberté

Après ce stage Hélène est en mesure de réaliser toutes sortes de meubles.

Quoiqu'il en soit, les besoins (liés aux standards de confort, à la rivalité ostentatoire, à la pression marketing, à l'inquiétude sécuritaire...) augmentant sans cesse, c'est de plus en plus de travail de machines et d'autres humains qu'il faut pour les satisfaire. Dans ce contexte «travailler plus» devient une fatalité.

Répondre soi-même a ses besoins est une alternative pour sortir d'une situation qui peut être perçue comme aliénante. Ce n'est pas de l'oisiveté, c'est de l'activité, une activité qui entre dans le cadre des loisirs.

Cette solution diminue le besoin en, argent et permet de gagner du temps libre en permettant de travailler moins. Répondre soi-même à ses besoins permet certes d'améliorer sa situation matérielle, mais surtout d'éprouver de la joie, d'acquérir de nouvelles compétences et d'augmenter l'estime de soi.

En savoir plus :